Allaitement, physiologie et féminin sacré : comment le lait maternel est-il fabriqué ?

SOMMAIRE DE L'ARTICLE :

  • Pour comprendre l’allaitement, connaître le sein
  • Prolactine et ocytocine : les hormones du lait
  • Grâce à bébé, la magie opère
  • Le lait maternel, un pur produit de l’amour

Quoi de plus merveilleux et surprenant que le corps féminin ? Capable de porter la vie, de la donner, de la nourrir et de la chérir, le tout dans son plus simple appareil. Ainsi, depuis la production jusqu’à la montée de lait, du sein nourricier à la bouche de bébé, comment est fabriqué le lait qui vous permet d’allaiter ?

Pour comprendre l’allaitement, connaître le sein

Au moment où vous apprenez votre grossesse, votre corps a déjà commencé à se préparer, et avec lui, vos seins. Pour vous permettre, si vous le souhaitez, d’allaiter votre bébé, ils subissent de nombreuses transformations, en majeure partie initiées par les hormones.

Depuis les glandes mammaires jusqu’aux canaux lactifères en passant par les veines, les tissus adipeux et les cellules contractiles utilisées pour permettre l’écoulement du lait, c’est tout un organe, emblématique s’il en est, qui conjugue ses forces pour parvenir à la lactation.

  • Glandes mammaires, elles produisent le lait maternel.
  • Canaux lactifères, ils transportent le lait maternel depuis les glandes mammaires jusqu’aux mamelons.
  • Vaisseaux sanguins, ils véhiculent entre autres les nutriments du lait maternel (eau, sels minéraux, vitamines…)
  • Cellules contractiles, elles permettent l’écoulement du lait au moment de la tétée.
  • Tissus adipeux, ils soutiennent et protègent le sein et ses fonctions biologiques.

Le saviez-vous ? Dès le milieu de grossesse, vos seins produisent du colostrum. Ce premier lait qui n’en est pas un, est particulièrement riche en protéines et en anticorps pour votre bébé.

Prolactine et ocytocine : les hormones du lait

En parallèle à la physiologie de votre poitrine, les hormones jouent un rôle considérable dans la fabrication du lait que vous donnez à votre bébé.

À la naissance de votre enfant, l’expulsion du placenta fait chuter le taux de progestérone dans votre corps. La prolactine peut alors entrer en jeu comme principale hormone du déclenchement et du maintien de la lactation.

Le saviez-vous ? Plus bébé tète tôt et souvent, plus les récepteurs de la prolactine sont nombreux et donc, plus la lactation est efficace.

L’autre hormone de la lactation est l’ocytocine. Surtout connue pour son effet apaisant sur vous et sur votre enfant (on l’appelle aussi hormone du bien-être), elle est aussi liée au réflexe d’éjection du lait.

Concrètement, quand bébé tète il stimule votre mamelon, ce qui déclenche la sécrétion d’ocytocine, libère le lait des alvéoles et l’envoi vers les canaux lactifères.

Le saviez-vous ? La sécrétion d’ocytocine est aussi liée à l’émotionnel, au psyché. Un choc, un traumatisme ou une douleur peuvent donc inhiber sa production.

Grâce à bébé, la magie opère

Parce que, décidément, le corps féminin est un instrument sacré et merveilleux, la clé de la lactation n’est autre que votre bébé. C’est en l’approchant de votre sein, en lui permettant de téter, que vous enclenchez votre capacité à le nourrir, selon 3 étapes bien distinctes.

  • Dès que votre bébé prend le sein, un signal est envoyé dans votre corps.
  • C’est votre cerveau qui le réceptionne et libère en réponse les hormones correspondantes (prolactine et ocytocine).
  • Grâce à elles, votre sein se met en fonction et laisse s’écouler le lait maternel dans la bouche de votre enfant.

Le saviez-vous ? En fait de sein, la lactation comme l’allaitement se rapportent surtout à l’aréole mammaire et à son mamelon. Constitué de minuscules orifices qui forment l’extrémité des canaux galactophoriques, le mamelon permet l’expression du lait maternel fabriqué par la glande mammaire.

Le lait maternel, un pur produit de l’amour

Non seulement le lait maternel est - d’après les recommandations de l’OMS - le meilleur aliment pour votre bébé dès sa naissance, mais en plus, votre corps adapte sa composition et sa fabrication, aux besoins de votre enfant.

Dans les premiers jours de l’allaitement, la production de lait maternel ne cesse d’augmenter jusqu’à atteindre son maximum aux environs d’un mois. Ensuite, votre corps se régule en fonction de l’appétit de votre tout petit. C’est en effet le rythme des tétées qui conditionne la quantité de lait produite.

La composition de votre lait change elle aussi pour répondre spécifiquement aux besoins de votre bébé tout au long de sa croissance, mais aussi, au fil de chaque repas. Ainsi, le lait de début de tétée est liquide et abondant, alors que le lait de fin de tétée est enrichi en matières grasses pour aider bébé à atteindre la satiété.

Le saviez-vous ? Le lait maternel est fabriqué en continu tant que vos réserves ne sont pas pleines. Les glandes mammaires travaillent donc entre les tétées, mais aussi pendant, et ce, afin que votre bébé ait toujours de quoi boire, un sein après l’autre.