Allaitement mixte : concilier sein et biberon

Allaitement mixte : concilier sein et biberon

L’allaitement mixte ou partiel permet de nourrir un enfant à la fois au sein et au biberon, avec du lait maternel et du lait infantile, en fonction des horaires. Dans cette configuration de repas, la maman n'est plus la seule actrice ! En effet, il est possible de faire participer le conjoint ou partenaire de vie.

Ceci dit, l'allaitement mixte n'est pas toujours simple à mettre en place et à faire accepter à bébé, l’allaitement mixte demande parfois patience et souplesse dans l’organisation des parents et notamment des mamans. Revue de détail pour savoir comment faire et surtout, espérer contourner d’éventuels obstacles.

 

Histoire de l'allaitement mixte en France et dans le monde

Mais d'abord, un peu d'histoire pour mieux comprendre l'état de l'allaitement en France et hors de nos frontières ! 🌎

L'allaitement mixte est un concept désormais ancien et bien ancré dans notre société moderne. Selon cet article source, le terme apparaît pour la première fois en France en 1806 dans un ouvrage rédigé par H. de Montgamy intitulé : Méthodes d’allaitement artificiel simple et d’allaitement mixte.

Mais si l'on remonte au Moyen-Âge, on s'aperçoit que l'allaitement exclusif était en fait l'unique moyen d'alimenter correctement son bébé les deux premières années de vie, avec des compléments administrés tout de même d'assez bonne heure à base de bouillie, dès l'apparition des premières dents.

 

L'allaitement exclusif à l'échelle mondial, est en revanche aujourd'hui, très peu pratiqué en dépit des recommandations de l'Organisme Mondial de la Santé et de nombreux pédiatres qui préconisent pour la santé des bébés, un allaitement exclusif durant les 6 premiers mois de vie... Le sevrage survient donc tôt dans la vie du bébé dans de nombreux pays, notamment les plus pauvres, en moyenne à la fin des 3 premiers mois.

Selon les pays, comme le Brésil, de nombreux parents ont comme pratique et traditions d'introduire des compléments (tisanes, boissons sucrées, eau) très tôt dans la vie de l'enfant (parfois dès le premier jour de vie), pensant bien faire et enrichir ainsi leur alimentation.

 

L'allaitement mixte, parfois perçu des pédiatres et de la médecine en général comme une forme de contrôle dans l'alimentation des nourrissons introduite par la société industrielle et les marques, permet pourtant de soulager bien des mères et de répondre à certaines problématiques comme la reprise du travail ou le besoin intense de repos chez la mère allaitante ou gérant déjà un foyer composé de plusieurs enfants...

 

Quand débuter l’allaitement mixte en pratique ?

L’idée qui se cache donc plus souvent au sein de la population en France derrière l’allaitement mixte est celle d’un besoin de liberté chez la mère, volontaire ou non.

  • Fin du congé maternité : 10 semaines se sont écoulées (18 si vous venez d'accoucher de votre 3ème enfant) et vous devez retourner travailler. Vous ne serez bientôt plus à l’entière disposition de votre nouveau-né pour l’alimenter.
  • Soif de moments à soi : vous pratiquez une activité sportive, culturelle ou de relaxation que vous souhaitez reprendre une ou plusieurs fois par semaine. Vous devrez donc vous absenter parfois à l’heure des repas de votre bébé.
  • Envie de partage : vous voulez offrir la possibilité à votre moitié de nourrir bébé dès ses tout premiers mois. Pour cela, vous aimeriez que votre enfant accepte les biberons de lait.
  • Vous souhaitez tout simplement arrêter d’allaiter.

 

Quelle que soit votre raison, pour que tout se passe bien, un seul mot d’ordre : an-ti-ci-per. 

 

Quand commencer l’allaitement mixte d’un point de vue physiologique ?

Pour un allaitement mixte bien vécu, bébé doit accepter à la fois le sein et le biberon de lait (artificiel ou non) sans que cela perturbe sa façon de s’alimenter. De votre côté, la lactation doit être bien installée. Ainsi, il est conseillé d’attendre au moins 6 semaines pour le mettre en place et de ne pas démarrer l'allaitement mixte dès les premiers jours.

Ce qui vous laisse donc du temps pour vous focaliser en tant que mère sur une seule mission à la fois, en l'occurrence : la production de lait maternel et tout ce qui favorise la montée de lait à proprement parler (aliments riches en nutriments, tisanes, séances avec une consultante en lactation, etc.).

 

Si vous venez de vivre un accouchement traumatique, comme une césarienne ou une mise au monde avec forceps, l'allaitement non mixte permet de vous recentrer sur vous et votre bébé le premier mois.

Cette précaution permet aussi d'éviter aussi la confusion sein / tétine – et que votre bébé se détourne du sein pour la tétine parce qu'il réalise qu'elle demande un effort de succion moins important qu’au sein.

💡 Le saviez-vous ?

Ses effets sont bénéfiques sur votre santé et celle de votre bébé, tant sur le plan physique que psychologique. D'une part, l'allaitement mixte permet de transmettre à son enfant de nombreux bienfaits : des anticorps et nutriments indispensables à son développement, mais il octroie aussi une liberté plus grande à la mère qui peut ainsi en profiter pour se ressourcer seule de temps en temps. Et ce n'est pas tout ! Allaiter votre bébé permet de réduire le risque de développer un cancer du sein au cours de votre vie. Plus la durée de l'allaitement est grande, plus ce risque diminue !

 

Bien s’équiper en tant que parents pour réussir son allaitement mixte

Pour passer le cap, vous aurez besoin de quelques accessoires de puériculture très utiles.

  • Le tire-lait. Pas très sexy tant du point de vue esthétique que de son petit nom et pourtant, apprendre à l’utiliser fait partie des étapes presque incontournables pour allaiter et en alternance, donner le biberon. Pour choisir le bon tire-lait, vous devez composer avec les modèles simples ou doubles, électriques ou manuels et différentes technologies destinées à stimuler la montée de lait. Mais grâce à lui, votre enfant peut profiter de biberons de lait maternel à tout moment. Un tire-lait léger et peu encombrant facilitera la reprise du travail.
  • Un biberon. C’est, entre autres, pour faciliter le passage à un allaitement mixte que nous avons conçu notre bibRond Elhée. En silicone de grade médical, il est presque aussi doux et tout aussi rond que votre sein, pour accompagner bébé dans sa pause lactée. Sa tétine, elle aussi en silicone médical extra-souple, protège la santé de votre tout-petit et l’aide dans son apprentissage de la succion. Également, sa forme physiologique s’adapte parfaitement à la bouche des bébés. Enfin, une valve anti-colique facilite la digestion après le repas.

call-to-action-biberons

  • Une préparation infantile adaptée à l’âge et aux besoins nutritionnels de votre enfant, que vous lui donnerez en alternance avant de le sevrer de votre lait.

Bien sûr, des petits pots pour transporter les doses de lait en poudre et congeler le vôtre pourront vous être utiles, ainsi qu’un peu de matériel de nettoyage, comme une petite éponge toujours propre et un flacon de liquide vaisselle bio, par exemple.

 

Où pratiquer son allaitement mixte ?

1. Les tétées au sein

Les tétées au sein peuvent être données comme d'habitude depuis la naissance de votre bébé : dans un lieu calme, légèrement tamisé si besoin, sans distraction majeure pour éviter que l'attention de votre enfant ne se détourne. En France, vous pouvez sans risque allaiter votre bébé dans les lieux publics. Prenez vos précautions face au soleil et aux variations de température. Il est préférable de donner les tétées dans un coin ombragé et à l'abri des courants d'air.

 

2. Les tirages de lait

Pour tirer votre lait dans les meilleures conditions possibles, l'idéal est d'être confortablement installé sur une chaise ou un fauteuil, le dos droit, et les jambes à plat. Vous pouvez regarder un reportage pendant ce temps ou si l'aspiration du tire-lait est suffisamment forte pour vous garantir les mains libres, pourquoi ne pas lire un chapitre ou deux de votre livre en cours ? 😉

En effet, les séances d'expression du lait peuvent parfois durer... Comptez en moyenne 10 minutes par sein, soit le double de temps si votre tire-lait est à simple pompage.

Si vous êtes pudique, isolez-vous dans la pièce de votre choix et prévenez votre entourage que vous ne souhaitez pas être dérangée. La gêne n'a pas vraiment d'impact sur la lactation et les quantités de lait produites mais vous serez plus à l'aise pour tirer votre lait en étant à l'abri des regards indiscrets.

 

3. Les tétées au biberon

Les tétées au biberon, qu'elles soient constituées de lait infantile ou maternel, peuvent se faire dans une pièce différente que celle où vous choisissez de donner le sein. Ainsi, bébé fera bien la différence entre chaque format d'alimentation que vous lui proposez et sera moins surpris au moment de la prise du repas. Là encore, une ambiance calme et propice à sa digestion future est de rigueur !

 

Comment alterner lait maternel et lait en poudre ?

L’essentiel ici est de trouver le bon rythme pour satisfaire à la fois la faim de votre nourrisson et votre besoin de contact respectif.

Pour sevrer bébé de votre lait, commencez par remplacer une seule tétée pendant au moins 5 jours. Si tout se passe bien, que bébé mange bien, que sa prise de poids reste stable, qu'il ne réclame pas plus que de raison, et que vous ne souffrez pas d’engorgement mammaire, vous pouvez procéder de la même façon pour remplacer progressivement chacune des autres prises de la journée.

À noter : pour continuer à allaiter de façon mixte dans le temps, conservez au moins 2 tétées par jour. Elles stimuleront votre production de lait et permettront à votre tout-petit de garder l’habitude de prendre le sein. Les tétées du matin ou du soir, mais aussi celle de votre retour à la maison, sont sans aucun doute les plus importantes.

 

Quelle préparation infantile se rapproche le plus du lait maternel ?

Difficile et presque impossible de répondre à cette question dans la mesure où le lait maternel change régulièrement de goût et de consistance en fonction de la période et de ce que vous mangez et buvez. Par exemple, à la naissance, le colostrum fourni par la mère a le goût du liquide amniotique, cela rassure bébé.

Choisissez cependant une préparation infantile adaptée à l’âge de votre bébé (lait premier âge, deuxième âge ou lait de suite) et évitez les laits de vache classique, de chèvre et les laits végétaux avant 12 mois minimum.

 

Quelle quantité de lait donner à bébé ?

L’allaitement exclusif se fait à la demande tandis que les bébés nourris au biberon sont alimentés à heures et quantités fixes. Alors, l’allaitement mixte réel casse-tête ou total feeling ? En réalité et encore une fois, tout dépend de votre bébé. Certaines mères préfèrent d'ailleurs parler d'allaitement partiel, ce qui rompt cette notion de 50/50 et évite de se poser trop de questions sur un éventuel planning à tenir ! ⌚

Si, depuis la mise en place de l’allaitement mixte vous avez priorisé les tétées du matin et du soir pour progressivement remplacer celles de la journée par des biberons, suivez le guide : c’est-à-dire, bébé ! Votre enfant est un mangeur régulier de petites quantités ? Prévoyez plusieurs prises légères dans la journée. Si au contraire il ou elle aime téter longtemps, un grand biberon 330 ml (équipé d’une tétine à débit lent) est plus intéressant.

 

Et si bébé refuse le biberon ?

Allaiter en alternant biberon et sein peut être la solution idéale pour vous, mais peut totalement déplaire à votre enfant. Perturbé dans ses habitudes, il peut refuser la tétine et repousser le biberon à chaque fois que vous lui présentez. Comment faire ?

Avant toute chose et surtout si vous souhaitez prolonger l’allaitement mixte, réservez-vous les tétées et déléguez les autres repas. Passez le relais au papa ou à la personne qui partage votre vie, à la nounou, au personnel de la crèche ou aux aînés de la fratrie. Cette dissociation aide les enfants à s’habituer et à accepter dans un premier temps à la fois le sein avec vous et le biberon avec une autre personne.

Ça coince toujours ?

Peut-être pouvez-vous tester le biberon tiède à la température proche du lait maternel (37 °C) ou à l’inverse, le biberon à température ambiante pour une sensation complètement différente qui lui plaira peut-être.

 

Et si vous n’aviez plus assez de lait ?

Réduire le nombre de tétées quotidiennes peut faire baisser votre production de lait. Pour éviter cette situation, continuez à stimuler vos seins le plus possible. Les tétées restantes y contribuent, mais en dehors de ces moments de douceur, n’hésitez pas à tirer votre lait, si possible à heures régulières. Vous pouvez le congeler en doses déjà prêtes pour bébé, ou, s’il refuse de le prendre au biberon, le tirer quand même puis le jeter, simplement pour maintenir la lactation.

Galactogènes et savoureuses, n’oubliez pas les tisanes d’allaitement ! En plus d’être bénéfiques pour le ventre de votre nourrisson – elles contiennent généralement du fenouil qui aide à soulager les coliques –, elles stimulent la montée de lait.

 

3 conseils & astuces supplémentaires en cas d’obstacles

Parce que tout ne se passe pas toujours comme prévu, et que téter peut s'avérer plus compliqué que prévu pour bébé, voici quelques astuces supplémentaires pour bien concilier sein et biberon.

  • Proposez-lui souvent le biberon sans attendre que sa faim soit trop grande. Ainsi le repas n’est pas précipité, bébé peut prendre le temps de découvrir ce nouveau mode d’alimentation et le risque d’échec est moins élevé.
  • Trempez la tétine dans le lait maternel une ou deux minutes avant la prise du biberon pour qu’elle en conserve l’odeur.
  • Conservez ou reprenez le peau à peau. Le fait d’être contre vous rassure votre enfant et l’apaise. Profitez-en pour lui proposer le biberon au lieu du sein, vous avez alors plus de chances de le voir accepter.

Enfin, pour respecter au mieux le rythme de l’enfant, la LecheLeague conseille de donner le biberon à l’horizontale. Bébé est installé en position assise dans vos bras et sa boisson, présentée à l’horizontale par rapport à la ligne du sol. Il boit quelques gorgées et vous abaissez le biberon pour lui laisser le temps de respirer et de trouver son propre rythme. Le lait ne coule pas trop vite, bébé ne prend pas peur, il respire tranquillement, sans risque d’avaler de l’air et prend plus facilement plaisir à cette nouvelle forme de repas avec vous.

 

Conclusion de cet article

  • Déjà très répandus, l'allaitement mixte, aussi appelé allaitement partiel, et le tire-allaitement sont des concepts d'alimentation du nourrisson de plus en plus appréciés des mères françaises. Et pour cause, ils permettent de gagner en liberté et de reprendre la route du travail. Il est toutefois déconseillé de les mettre en place dès la naissance ou les 2-3 premières semaines ; mieux vaut attendre que la lactation soit bien installée (environ 1 mois). 
  • Les pédiatres et l'OMS conseillent de prolonger l'allaitement jusqu'aux 6 mois de l'enfant. Mais si le cœur vous en dit, vous pouvez bien sûr poursuivre au-delà ! 
  • Nombreuses sont donc les mères à s'équiper de tire-lait et à déléguer la tâche des repas à leur conjoint. Les effets de l'allaitement sur la santé de l'enfant sont connus pour être positifs ; ceux offerts par l'allaitement mixte le sont tout autant et permettent de plus à la mère de souffler et de prendre du temps pour elle ! L'allaitement mixte représente souvent un premier pas vers le sevrage définitif de l'enfant. 
  • Sur le blog d'Elhée, vous trouverez toujours des conseils pour mieux vous accompagner, vous et vos nourrissons, en tant que mamans.

call-to-action-collections

Back to blog
1 of 3